Catégories
Club ACPH Compétition FFVP

Compétition mixte planeurs réels et virtuels

Début août 2022, à l’occasion d’une grande fête aérienne, une compétition très particulière s’est tenue à Issoire (Auvergne).

Cliquer sur les liens soulignés pour accéder aux éléments à consulter.

Remarque préalable : depuis octobre 2022, eSport est rebaptisé ePlaneur. Certains articles ont été corrigés en conséquence, sauf le titre lorsqu’il figure dans l’URL, ni les documents incorporés et les images.

Les lignes qui suivent retracent la préparation, le déroulement, les résultats et les suites d’une compétition organisée à l’occasion de la fête aérienne commémorant les 100 ans de vol en planeur. Pour plus de détails sur l’évènement cliquer sur ce lien : 100 ans de vol en planeur

L’article se veut le plus exhaustif possible, abondamment illustré (*), analytique et même didactique pour ceux qui veulent comprendre quelques règles et tactiques d’une compétition de planeurs.

(*) Un grand remerciement à ceux qui ont fourni leurs photos et vidéos : Michel-Jean Auclair, Jacques Causin et peut-être d’autres.

Plusieurs parties sont volontairement masquées avec la possibilité de les afficher.

Ainsi, un lecteur pressé, ou juste curieux, peut survoler l’article sans être noyé par du détail. Un lecteur qui chercherait à approfondir un sujet peut afficher les parties qui l’intéressent. Le sommaire ci-dessous, permet d’atteindre directement un chapitre par un simple clic.

Origine

Jacques Vincent, le président du Comité Auvergne-Rhône-Alpes de Vol en Planeur (Aura Planeur) souhaitait une compétition mixte avec des planeurs réels et virtuels.

Au départ de l’aérodrome d’Issoire – Le Broc, les planeurs doivent décoller en même temps, franchir le départ simultanément, faire le même circuit avec une météo la plus proche possible des conditions réelles du moment. Le tout devant être affiché en direct sur un grand écran, pour le public venu assister au meeting aérien.

Il n’est pas certain qu’il s’agisse d’une première mondiale,
mais c’est une première Fédérale d’après Jacques Vincent.

Préalable

Les lignes qui vont suivre sont le reflet de mon vécu et non celles d’un journaliste talentueux qui aurait certainement abordé le sujet de manière différente et probablement plus complète. Accaparé par certaines tâches, dans un environnement restreint, le contexte général est peut-être mal représenté.

Pendant la compétition, scotché à mon PC, sous un barnum, la perception est limitée à la partie virtuelle au détriment de la partie réelle.

Il m’est donc impossible de décrire le contenu et encore moins de faire des commentaires sur :

  • la partie réelle,
  • l’affichage sur grand écran
  • et les commentaires diffusés.

J’en ai pris connaissance après l’évènement à travers les vidéos diffusées en streaming.

Si un spectateur ou un participant à la compétition réelle veut en faire état,
cet article serait plus complet.

Préparation

Une énorme organisation s’est mise en place pour préparer

  • la commémoration officielle du vendredi 5 août, au Puy de Combegrasse,
  • et la fête aérienne des 6 – 7 août 2022 sur l’aérodrome Issoire – Le Broc.

Avec Sébastien Chaumontet, nous rejoignons une commission Fédérale intitulée Performance et Compétition composée de Georges Lecoeur et Donat-Pierre Luigi. Pour l’occasion, elle a été rebaptisée Compétition et ePlaneur (ex eSport)

Détails sur la commission
  • Georges en est le responsable
    • Il est pilote de planeur, technicien de maintenance LMA 66, moniteur simulateur et responsable simulateur au CVVL à Lyon Corbas
  • J’avais découvert les deux autres personnes au cours des premières compétitions virtuelles, organisées par la FFVP.

Dans la commission pour les 100 ans de vol en planeur, Sébastien Chaumontet est la cheville ouvrière technique. En tant qu’informaticien, il est chargé, entre autres, d’afficher sur un même écran la position des planeurs réels et virtuels.

Quelques étapes

Une page, en cours de construction, retrace les principales étapes ayant abouti à ce qui va suivre.

Inscription des pilotes

La liste des pilotes qui volent en réel fut rapidement constituée, celle des e-compétiteurs (*) se heurtait a beaucoup d’incertitudes : vacances, Covid, situations personnelles…

(*) e-compétiteurs désigne les pilotes qui volent en virtuel sur Condor.

Une aide précieuse de Donat-Pierre a permis de boucler la liste à temps, elle comporte 14 pilotes.

5 pilotes volent en réel au départ de l’aérodrome d’Issoire

9 pilotes volent en virtuel sur Condor, ce sont les e-compétiteurs

  • 6 depuis leur domicile
  • 3 depuis le stand simulateur sur l’aérodrome d’Issoire
    • Donat-Pierre Luigi avec son équipement personnel
    • Mahé le Tiec Pellin sur le simulateur du Puy. Consulter l’article consacré à la préparation de ce simulateur

Organisation de la compétition

Extrait du Self Briefing de la compétition
Détails sur l'organisation de la compétition

Jacques Aboulin, en tant que Directeur de tous les vols du meeting, avait trop à faire pour prendre en charge la compétition.

Mathias Schonhofen devient le Directeur de la compétition, chargé de définir les circuits à partir de prévisions météo établies en commun avec Michel Charpentier.

Marc Till est chargé de traduire les prévisions météo en plan de vol pour Condor (fichier FPL) avec le circuit du jour. Sa participation en tant que e-compétiteur lui permet de vérifier la qualité de son travail.

  • Marc est à l’origine d’excellents utilitaires pour Condor téléchargeables sur son site CondorUTill

Michel Rouleau (votre serviteur) est chargé du serveur Condor de la FFVP et des communications avec les e-compétiteurs. Il lui appartient de synchroniser le décollage ainsi que l’heure d’ouverture du départ avec les planeurs réels, en relation avec Jacques Aboulin et Sébastien Chaumontet.

  • Michel anime l’activité ePlaneur au club ACPH Issoire.
  • Il est à l’origine du site et du blog que vous êtes en train de consulter : Planeurs Virtuels 63
    • du Guide des champs vachables en Auvergne : Champs Vachables (aeroclub-issoire.fr)
    • de la scène FrSud_C2_ACPH utilisée pour la compétition : Scène ACPH pour Condor
      • Cette scène est le fruit d’une collaboration étroite avec Didier Balussaud du club ACPH Issoire et de l’aide apportée par Jean-François Gombault de la FFVP

Sébastien Chaumontet est chargé des infrastructures techniques et du développement informatique nécessaire pour produire les images de la compétition sur Silent Wings.

Pour cette compétition, il a mis en place et géré :

  • Un site pour les pilotes inscrits : Soaring Spot – 100 ans de vol en planeur
  • Un serveur Discord pour les communications radio et les échanges de messages avec les e-compétiteurs
  • Un groupe WhatsApp pour les échanges avec tous les pilotes, virtuels et réels
  • Les trackers qu’il a adapté pour récupérer les informations des planeurs réels et virtuels…

Pendant la compétition, il veille au bon fonctionnement de l’ensemble, gère la production des images, assure leur affichage sur grand écran…

Sébastien a été plusieurs fois Directeur des compétitions virtuelles organisées par la FFVP. Il est particulièrement connu pour avoir contribué au projet OGN.

Le projet français OGN http://live.glidernet.org est le premier lauréat du nouveau trophée de la sécurité aérienne décernée par l’EASA. OGN (Open Glider Network) est à une autre échelle la transposition aux basses couches de l’atmosphère de l’application de traçage Flight Radar 24. Créé par des vélivoles, il pourrait intégrer en plus grand nombre les avions légers, les hélicoptères, les diverses classes d’ULM et les drones (source : www.aerobuzz.fr)

Voici un article de www.planeur.net : planeur.net – [OGN] Interview de Sébastien Chaumontet

Site de la compétition

Sur le site de la compétition, les pilotes ont à leur disposition plusieurs informations, dont : la réglementation aérienne, les points de virage susceptibles d’être utilisés pour leur calculateur de vol, un Self Briefing…

Voici le Self Briefing qui regroupe les principales informations utiles.

Pour plus de détails sur le site Soaring Spot, consulter l’article : Soaring Spot 100 ans – Planeurs virtuels 63

Première rencontre

Le jeudi 4 août, je me rends sur l’aérodrome d’Issoire afin de rencontrer, les membres de la commission venus sur place : Sébastien, Georges et Donat-Pierre.

C’est un vrai plaisir de leur serrer enfin la main, après autant de mois de travail en commun.

Faute de courant électrique, donc de réseau internet, impossible de faire quoi que ce soit.

Journée d’entrainement

Détails sur la journée d'entrainement

La matinée du vendredi 5 août est consacrée à : réceptionner les simulateurs, les installer, disposer les tables et les câbles pour l’accueil du public.

Faute de courant électrique, les essais n’ont commencé qu’en fin de matinée avec l’arrivée du Wifi.

Nous découvrons alors plusieurs problèmes sur le simulateur du Puy, impossibles à résoudre pour le vol de test de l’après-midi. Le son n’arrive pas au casque et le micro ne fonctionne pas. Dommage pour Jacques Causin, déçu de rater cette belle occasion de participer au vol d’entrainement, il s’était pourtant bien préparé.

Jacques n’était pas officiellement inscrit. Mahé n’arrivant que le vendredi soir, il y avait une place de libre, il méritait de la prendre.

Jacques Causin

Le déjeuner, en partie escamoté, faute de temps, nous voici au briefing de 13h30. Animé par Jacques Aboulin, il n’est malheureusement pas transmis en streaming pour les e-compétiteurs distants. Ce problème est à résoudre pour le lendemain.

La météo étant trop incertaine pour le vol réel, les e-compétiteurs distants n’ont rien raté, car la compétition n’était pas abordée. Nous avons malheureusement perdu une heure, pour presque rien.

De retour sous notre barnum, les derniers préparatifs se mettent en place pour tester la compétition virtuelle.

Le fichier FPL est chargé, Sébastien est prêt, les e-compétiteurs aussi, Discord fonctionne. Go ! Go ! Go ! mais … le serveur boucle sur une erreur de démarrage !

Jacques Causin et Antoine Auclair

Analyse de la situation par Sébastien, correction du nom du fichier FPL trop long et comportant des caractères accentués, correction de l’heure pour l’avoir en UTC…

Go ! ça marche. Les planeurs se retrouvent en l’air et commencent à évoluer, mais… Sébastien demande d’arrêter, le tracker du serveur doit être modifié.

Antoine Auclair, très concentré sur le simulateur du club ACPH Issoire

Après modification et beaucoup de patience de la part des e-compétiteurs, que nous remercions, le vol a pu se faire, comme prévu initialement.

Voici la carte du circuit,

le détail du circuit avec les conditions météo du jour.

Résultats épreuve d’entrainement

Les points d’une épreuve se calculent à partir des vitesses. Lorsqu’il y a moins de 10 compétiteurs :
– Le premier reçoit N+1 points. N étant le nombre de compétiteurs.
– 6 pilotes ont volé, le premier reçoit donc 6 + 1 = 7 points.
– Le deuxième N-1 points, le troisième N-2 points… jusqu’à zéro.

Voici les résultats

Donat-Pierre et Hervé se tiennent dans un mouchoir de poche : 1 seconde d’écart !
Marc et Antoine se sont honorablement comportés.
François a rencontré des problèmes de réglage de commandes et Patrick un problème au départ.

C’était un entrainement, sur un tout petit circuit, chacun en a tiré profit, demain les choses sérieuses commencent.

Le bilan révèle qu’il faut décoller en remorqué afin de rester homogène en altitude avec les planeurs réels pour la production des images.

Michel Teilhol récupère Mahé à la gare. Il participe activement à mettre le simulateur du Puy en situation de compétition. En fin de soirée, le son n’arrive toujours pas au casque et le micro ne fonctionne pas. Difficile de piloter et de communiquer dans ces conditions.

Mahé Le Tiec Pellin participant aux essais de son sur le simulateur du Puy

Le lendemain matin, grâce à l’opiniâtreté de Georges Lecoeur, le problème est résolu, merci Georges.

En fin d’après-midi, le temps est menaçant, une tempête arrive, nous mettons tout à l’abri et renforçons l’arrimage du barnum. Au moment de la fermeture, il commence à pleuvoir, mais le lendemain matin il n’y aura pas de dégât.


6 août 2022 – épreuve n° 1

La journée commence par le Briefing de 9h30. Sébastien Chaumontet en assure la retransmission en direct à partir de son smartphone. Les conditions pour capter le son ne sont pas vraiment bonnes, ni l’angle de prise de vue, mais on fait avec les moyens du bord.

Jacques Aboulin consacre une grosse demi-heure aux vols du meeting et nous briefe ensuite sur la compétition. Voici le résumé fait sur WhatsApp :

Michel Rouleau : Récapitulatif du briefing pour tous les compétiteurs réels et virtuels
1er décollage à 13h43 avec un remorquage jusqu’à une hauteur de 1000 m.
Ouverture de la porte approximativement vers 14h20
Le directeur fait une annonce de l’ouverture de porte à 15 mn, 10 m, 5 mn…
La ligne de départ est à franchir à 1500 m QNH maximum
La ligne d’arrivée est à franchir à 1500 m QNH minimum
La vitesse maximale au départ est fixée à 170 km/h vitesse INDIQUEE au badin
Une fois l’arrivée franchie rester en l’air sur place en attendant la consigne du directeur pour rejoindre l’aérodrome d’Issoire. Essayer d’arriver à l’aérodrome dans l’ordre d’arrivée
Faire un passage bas à 30 m sol mini sur l’axe de piste en déballastant
Ensuite vent arrière main droite, piste de droite et dégager à droite

Michel Rouleau: Départ annoncé à 14h02

Michel Rouleau, préparation du vol de la journée

Une fois le FPL reçu de Marc Till, je le transforme en TSK (*) pour l’envoyer par Email aux e-compétiteurs, opération oubliée la veille.
(*) un fichier TSK est le plan de vol pour XCSoar

Voici la carte du circuit

et le détail du circuit avec les conditions météo du jour.

En fin de matinée, un message sur Discord fournit l’adresse IP du serveur, le port, le mot de passe et l’heure d’ouverture du serveur fixée à 13h40.

Cette fois, nous avons le temps de déjeuner.

Déjeuner pour les bénévoles et les accompagnants

La communication avec Jacques Aboulin est prévue sur une fréquence spéciale en VHF. Michel Teilhol récupère une radio qui pose quelques problèmes. Néanmoins nous réussissons la synchronisation avec les planeurs réels.

Michel Rouleau et Michel Teilhol confrontés au problème de synchronisation

Les planeurs virtuels commencent le remorquage en même temps que les planeurs réels. L’ouverture de porte est synchronisée à une minute près, merci Michel.

Bernard Verdeille, instructeur simulateur du Puy assiste au clavier Mahé Le Tiec Pellin en vol

Probablement trop nerveux pour une première, je mets en icône une fenêtre sans m’en rendre compte.

Pour Sébastien contacté par téléphone, tout semble fonctionner correctement, hormis une coupure de courant du car podium où il est installé.

Donat-Pierre Luigi très concentré sur son vol malgré le bruit ambiant

Je suis la progression des planeurs virtuels sur Cunimb Condor. A l’écoute de Discord, une forte solidarité se dégage des échanges radio entre pilotes.

Tous font remonter des freezes et des lags importants, jusqu’à 30 secondes pour certains ! Nous constaterons le même phénomène ultérieurement sur les vidéos diffusées en streaming.

D’avant en arrière : Antoine Auclair et Donat-Pierre Luigi en vol, Oscar Planat aide le public au simulateur, la gendarmerie pour nous protéger.

La ligne d’arrivée est à 5 km au Sud de l’aérodrome d’Issoire. Une fois cette ligne franchie, je note l’ordre d’arrivée des planeurs. Ils doivent spiraler sur place en attendant le top départ pour rejoindre Issoire.

Une fois la consigne donnée par Jacques Aboulin, les planeurs repartent toutes les 30 secondes, dans l’ordre d’arrivée, pour rejoindre l’aérodrome.

Là ils vont déballaster à grande vitesse au-dessus de la piste, faire une ressource, tourner à droite et faire une prise de terrain main droite sur la piste 36.

Tous les compétiteurs terminent le circuit alors que rien n’était évident au départ, vu la météo, félicitations.

Aucune collision en vol pour les planeurs virtuels, malgré de très nombreux freezes, qui ont duré jusqu’à 30 secondes ! En spirale, difficile d’anticiper une collision lorsque l’affichage se bloque aussi longtemps.

30 secondes à plus de 100 km/h représente une distance parcourue proche du kilomètre

Résultats épreuve 1

Les points d’une épreuve se calculent à partir des vitesses. Lorsqu’il y a 10 compétiteurs ou plus :
– Le premier reçoit 10 points
– Le second 8 points, le troisième 7 points… jusqu’à zéro.

Voici les résultats

Éric et Michel n’étaient pas disponibles aujourd’hui, ils le seront demain.

Bravo à Donat-Pierre, Mahé, Hervé et Antoine qui se suivent à une minute d’intervalle sur un parcours de 135 km !

Mais ils n’ont pas les mêmes planeurs.

Handicap des planeurs

Handicap des planeurs

Si la course tenait compte du coefficient de Handicap, il faudrait apporter des corrections.

Nom du pilotePlaneurHandicapVitesse corrigée
Donat-Pierre LuigiLS 810890,2 km/h
Hervé ForetteLS 3a10689,7 km/h
Mahé Le Tiec PellinDiana 211484,4 km/h

Dans ce cas la performance de Mahé le mettrait en 3e position

Les coefficients de Handicap sont disponibles :

Statistiques SeeYou

Statistiques SeeYou

Analyse de la vitesse d’ascension moyenne en spirale

  • 0,8 ou 0,9 m/s pour tous les pilotes sauf
  • 1,2 m/s pour David. Aurait-il oublié de ballaster ou contraint de les vider ?

En transition les e-compétiteurs ont volé 10 km/h plus vite que les pilotes réels

  • 145 km/h en moyenne pour les e-compétiteurs
  • 135 km/h en moyenne pour les pilotes réels

En ce qui concerne les ascendances et les plafonds, la météo de Condor est bien conforme au réel. Merci Marc.

Analyse avec VerifLocal

Analyse avec VerifLocal

Georges Lecoeur nous fait parvenir une analyse réalisée avec VerifLocal, un utilitaire développé par Marc Till. VeriLocal est disponible à l’adresse suivante : CondorUTill : Condor Utilities

Voici le commentaire associé à cette analyse réalisée en finesse 20

Sur la première épreuve les traces sont bien sur très proches entre réel et virtuel. Pour la sécurité, à part Marc, François et dans une moindre mesure Patrick, des petits écarts se retrouvent aussi bien en réel qu’en virtuel et à peu près aux mêmes endroits


7 août 2022 – épreuve n° 2

Lors du briefing de 9h30, lorsque Jacques Aboulin aborde la compétition, Sébastien notre cinéaste, se positionne mieux que la veille.

Briefing de Jacques Aboulin retransmis par Sébastien Chaumontet avec son smartphone

Voici le résumé fait sur WhatsApp :

Michel Rouleau : Résumé briefing du dimanche 7 août 2022 pour tous les compétiteurs réels et virtuels
Heure de début du 1er décollage des planeurs réels : 14h40 (une heure de plus que la veille)
Heure estimée ouverture de la porte du circuit (start) : 15h20
Cette heure sera annoncée par le directeur des vols sur la fréquence : 122.15 et sur le canal en vol Discord
15 mn avant l’ouverture puis 10 mn, 5 mn,…1 mn et départ
Il s’agit d’un départ REGATE
Altitude de remorquage : ~ 1200 m QNH soit une hauteur de remorquage ~ 800m
Altitude maxi pour franchir le start : 1500 m QNH
Vitesse maxi de franchissement du start : 170 km/h vitesse INDIQUEE au badin
Altitude mini pour franchir l’arrivée : 1500 m QNH (*)
(*) Si les plafonds sont plus bas que prévus, cette altitude sera ramenée au plafond moins 200m. Vous en serez averti par radio et sur Discord
Une fois l’arrivée franchie, rester sur place et attendre les consignes pour rejoindre Issoire. Les départs pour rejoindre Issoire se feront dans l’ordre d’arrivée.
Arriver sur l’axe de la piste 36 droite (celle qui est balisée dans Condor) et déballaster à plus de 30 m sol, puis cabrer (**), virer à droite et faire une prise de terrain main droite.
(**) Cabrer approximativement face au public, hier c’était trop loin.

Le FPL envoyé par Marc Till est transformé en TSK pour le mettre à disposition des e-compétiteurs sur Discord. Encore un progrès par rapport à la veille.

Le circuit est disponible sur Soaring Spot

avec des détails et la prévision météo

Cette épreuve, plus sélective que la veille, se déroulera avec :

  • un ciel bleu aux alentours du terrain,
  • une distance supérieure, 157 km au lieu des 135 km de la veille,
  • et des plafonds limités.
  • Mais l’heure de départ sera plus favorable pour rejoindre le Livradois.

Nous aurons de nouveaux e-compétiteurs, et pas des moindres, ils n’étaient pas disponibles samedi.

En fin de matinée, un message sur Discord fournit l’adresse IP du serveur, le port, le mot de passe et l’heure d’ouverture du vol fixée à 14h40.

Jacques Aboulin (debout) est installé sur le toit du local des pilotes, érigé en tour de contrôle pour l’aérodrome d’Issoire

Privé de radio pour communiquer avec Jacques Aboulin, Michel Teilhol utilise le téléphone avec une des personnes de la tour de contrôle qui fait l’intermédiaire. Malgré cette difficulté, tout se passe bien pour la synchronisation entre planeurs réels et virtuels, merci Michel.

Situation avant le départ

Situation avant le départ

Donat-Pierre Luigi assiste Philippe Lata : extrait vidéo

Donat-Pierre Luigi assiste Philippe Lata pour son décollage réel. Nous le voyons en action sur la vidéo de la caméra embarquée depuis le Pégase de Nicolas Caudrelier.

Une deuxième caméra est embarquée sur le Duo Discus piloté par Pierre-Adrien Pires.

Après avoir porté assistance, Donat-Pierre doit revenir au pas de course depuis la piste jusqu’au barnum, prendre place devant son PC, se connecter, lancer son vol, s’équiper en VR et décoller en remorqué. Cela lui fera perdre une bonne quinzaine de minutes sur la prise d’altitude.

Voici une image extraite de la vidéo une seconde avant son décollage. Donat-Pierre commence le vol avec un handicap sérieux : Philippe est à 1801 m et la majorité des pilotes sont au dessus de 1400 m.

Une seconde avant le décollage de Donat-Pierre Luigi : extrait vidéo

A 7 mn 27 de l’ouverture de la porte, Donat-Pierre n’est qu’à 749 m d’altitude.

7 minutes et 27 secondes avant l’ouverture de la porte : extrait vidéo

A 30 secondes de l’ouverture de la porte il est presque à l’altitude max autorisée pour le franchissement, 1500 m, mais il doit revenir de l’autre côté de la ligne, matérialisée en vert, sur Silent Wings

30 secondes avant l’ouverture de la porte : extrait vidéo

  • A 1 seconde de l’ouverture de la porte, Donat-Pierre est à 1368 m
  • François Estève est bien placé, mais seulement à 1253 m
  • Marc Till semble être en difficulté à 828 m au-dessus de la ville d’Issoire, à plusieurs kilomètres du départ.
1 seconde avant l’ouverture de la porte : extrait vidéo

Situation au départ

Situation au départ

Le temps en secondes correspond au temps écoulé, depuis l’ouverture de porte (15h20), lorsque le pilote franchit la ligne de départ.

Données SeeYou

Presque tous les pilotes ont pris le départ dans la première minute qui suit l’ouverture de porte, avec un écart d’altitude inférieur à 100 m (altitude max fixée à 1500 m)

Malheureusement, Marc Till n’arrive pas à prendre le départ, il est contraint d’abandonner.

Voici une photo du grand écran, installé en face du car podium, pour le public.

1 mn 18 s après le départ : photo du grand écran destiné au public

La même image extraite d’une vidéo de l’évènement.

1 mn 18 s après le départ : extrait vidéo

Nous disposons de plusieurs photos du grand écran. Vu la différence de qualité liée au soleil, nous utiliserons des extraits vidéo pour illustrer la suite de l’article.

Voici quelques photos prises pendant la course.

Antoine Auclair au premier plan et Donat-Pierre Luigi, tous les deux très concentrés.
Mahé aux commandes du simulateur du Puy en Velay

Situation aux points de virage

Position des planeurs au passage de chacun des TP (Turn Points ou Points de virage)

Situation au TP1

Situation au TP1

Philippe vire en tête au TP1 situé à Champagnac le Vieux en Haute Loire, avec plus d’une minute d’avance sur Mahé. Ayant une altitude inférieure de 400 m, il lui faudra plusieurs minutes pour se hisser à son niveau.

Hervé, Donat-Pierre, Antoine et Michel ont une confortable avance en altitude, même par rapport à Mahé.

Données SeeYou
Philippe Lata et Mahé le Tiec Pellin ont franchi le TP1

Malheureusement François Estève est trop bas, il est obligé d’atterrir avant de passer le TP1. Les conditions sont vraiment difficiles depuis le départ jusqu’au TP1.

Situation au TP2

Situation au TP2

Mahé vire en tête au TP2 situé au village Le Mont, à 1 km au sud du village de Cubelles en Haute Loire. Donat-Pierre le suit à 20 secondes, avec un déficit d’altitude de 250 m.

Antoine, Hervé et Michel sont en embuscade avec une altitude raisonnable.

David est à 2109 m, avec un réserve d’énergie potentielle importante, mais au prix de 12 minutes sur la tête de course.

Données SeeYou

Que s’est-il passé pour avoir un tel écart ?

Image prise au moment ou Mahé le Tiec Pellin franchit le TP2

L’image montre que le groupe des planeurs réels s’est beaucoup écarté de la branche du circuit qui relie le TP1 (Chamapgnac) au TP2 (Le Mont). Ceci est peut-être l’origine de l’écart de temps avec les planeurs virtuels.

Voici les 2 traces SeeYou lorsque Mahé franchit le TP2 et la position de David au même instant.

SeeYou : la trace de David est en rouge, l’autre est celle de Mahé

Voici la trace de David au moment où il franchit le TP2 et la position de Mahé au même instant. Au point le plus éloigné, la trace rouge s’écarte jusqu’à 15 km de la branche du circuit TP1-TP2

SeeYou : la trace de David est en rouge, l’autre est celle de Mahé
Situation au TP3

Situation au TP3

Michel prend la tête de la course au TP3 situé à Craponne sur Arzon en Haute Loire.

Les 4 premiers planeurs sont à des altitudes équivalentes et se suivent à 20 et 30 secondes. Il reste encore 48 km avant la ligne d’arrivée, l’issue de l’épreuve reste incertaine.

Antoine concède 1 minute 40, Eric un peu plus de 5 mn.

Données SeeYou
20 secondes avant le franchissement du TP3 par Michel Bernard

David a presque 7 minutes de retard, mais il dispose d’une réserve de 1000 m d’altitude par rapport au premier.

Voici la trace de David au moment où il franchit le TP3 et la position de Michel Bernard au même instant. Michel est alors en spirale avec un vario moyen de 1,6 m/s

SeeYou : la trace de David est en rouge, l’autre est celle de Michel

Tous les planeurs réels sont très haut à ce point de virage. Peu avant, ont-ils trouvé une ascendance qui n’existerait pas dans le monde virtuel, ou bien ont-ils la volonté de rester en local d’un aérodrome ?

Au TP3, à 2431 m, David est à :

  • finesse 12 de l’aérodrome d’Ambert distant de 22 km
  • finesse 19 de l’aérodrome de Brioude distant de 38 km

La vitesse ascensionnelle moyenne donnée par les statistiques de SeeYou est de 1,1 m/s, il faut une quinzaine de minutes pour monter 1000 m. Théoriquement, avec une telle énergie potentielle, les planeurs réels ont un avantage certain pour être sur le podium à l’arrivée.

Fin de la course en images

Fin de la course en images

Sur cette image on voit que Donat-Pierre a pris de l’altitude pour tenter d’arriver à 1500 m

30 secondes avant l’arrivée : Michel est à 1,5 km et Donat-Pierre à 2,2 km

Sur l’image suivante, une vue verticale de la ligne d’arrivée, Michel Bernard l’a franchie et Donat-Pierre Luigi en est à 400 m.

Donat-Pierre Luigi est à 400 m de la ligne d’arrivée

Sur l’image suivante Mahé le Tiec Pellin et Antoine Auclair arrivent beaucoup trop bas pour franchir la ligne à 1500 m. Ils devront trouver un thermique et peut-être se faire doubler.

Mahé et Antoine arrivent bien bas

Antoine a repris de l’altitude, il est à 1515 m, mais Hervé Forette arrive à grande vitesse avec une réserve de 99 m. C’est perdu pour Antoine. Quant à Mahé, il est proche de la ligne mais seulement à 1186 m.

Antoine Auclair va se faire coiffer au poteau par Hervé Forette

Voici David Couderc à 5 km de l’arrivée avec une altitude vraiment très confortable : 1884 m

David à 5 km de l’arrivée

Le voici à nouveau à 1,9 km de l’arrivée, il a toujours une très large réserve d’altitude. Admirez la qualité des images du sol.

David à 1,9 km de l’arrivée

Philippe Lata est à 2,2 km de l’arrivée, lui aussi dispose d’une belle réserve d’altitude.

Philippe Lata à 2,2 km de l’arrivée

Arrivée à Issoire en images

Arrivée à Issoire en images

Planeurs virtuels

Hervé Forette arrive à 229 km/h pour déballaster au-dessus de la piste, faire une ressource et atterrir. Michel Bernard est en étape de base et Donat-Pierre Luigi en vent arrière.

Les 3 premiers arrivent à l’aérodrome

Cadencés toutes les 30 secondes, voici Antoine qui arrive à 222 km/h suivi par Mahé. Hervé tourne en étape de base, les deux premiers sont posés.

Antoine et Mahé arrivent à l’aérodrome

Planeurs réels

Les planeurs réels recoivent l’autorisation de rejoindre l’aérodrome d’Issoire. Ils se mettent en route, rejoint par Patrick Caille, un e-compétiteur qui termine son circuit.

La suite de la vidéo de l’évènement montre le retour et l’atterrissage du Duo Discus, piloté par Pierre-Adrien Pires, depuis sa Webcam embarquée. Il arrive aux environs de 230 km/h au badin.


La compétition terminée, le public s’empresse de venir faire du simulateur. Le petit équipement de démonstration basique (PC portable + Joystick) fait le plein avec les plus jeunes, pour le plus grand plaisir des parents. La photo ci-dessous en témoigne.


Résultats épreuve 2

Les résultats s’affichent. Michel Bernard est le grand vainqueur. Il devance Donat-Pierre Luigi de 15 secondes ! Bravo à tous les deux pour cette belle performance.

Une minute et demi plus tard Hervé Forette et Antoine Auclair arrivent avec un écart inférieur à 40 secondes.

Félicitations à tous les pilotes pour cette belle course et les images offertes au public.

Statistiques SeeYou

Statistiques SeeYou

Analyse de la vitesse d’ascension moyenne en spirale

  • 0,9 à 1,3 m/s pour tous les pilotes

En spirale, aucune différence entre les pilotes réels et les e-compétiteurs : moyenne 1,1 m/s

En transition les e-compétiteurs ont volé 11 km/h plus vite que les pilotes réels

  • 151 km/h en moyenne pour les e-compétiteurs
  • 140 km/h en moyenne pour les pilotes réels

Pour les ascendances et les plafonds, la météo de Condor est bien conforme au réel. Merci Marc.

Analyse avec VerifLocal

Analyse avec VerifLocal

Voici l’analyse réalisée en finesse 20, reçue de Georges Lecoeur et le commentaire associé

Sur l’épreuve 2 les traces sont différentes, sur la première branche les réels sont passés plus à l’Est que les virtuels. Moins d’écart en réel et un peu plus en virtuel.


Résultat de la compétition

Le score final s’établit par addition des points des épreuves qualifiantes, c’est dire celles de samedi et de dimanche. Le vol d’entrainement de vendredi ne compte pas.

Comme Michel Bernard n’a pas volé samedi, Donat-Pierre Luigi est notre champion avec 10 + 8 points. Voici une très belle photo de lui en action. Bravo et félicitations.

Magnifique photo de Donat-Pierre Luigi très concentré sur son vol
Admirez ses palonniers, c’est grâce à eux que DP. Luigi fait d’aussi belles performances.

Hervé Forette est second avec 7 + 7 points. Bravo pour la constance et merci de nous avoir honoré de ta participation.

Antoine Auclair est troisième avec 6 + 6 points. Personnellement, je suis admiratif des progrès qu’il a fait pour préparer cette compétition et s’entraîner. Bravo, bien mérité.

J’espère que cela lui servira en vol réel. Ce fut le cas pour Mahé qui a fait un vol exceptionnel, en partie grâce à un travail préparatoire en virtuel sur Condor : Mahé vol de 572 km – Planeurs virtuels 63

Mahé à joué de malchance sur la course de dimanche. Il avait 8 points samedi. Dimanche il se trouvait dans les 3 premiers, jusqu’à 10 km de l’arrivée. Même 3e, il aurait reçu 7 points, ce qui le classait second au final.

Avec les freezes de Condor, il s’est produit une collision au cours d’une spirale. Mahé s’en est sorti indemne (virtuellement) mais bizarrement son planeur chutait davantage qu’auparavant.

Pour être à plus de 1500 m d’altitude à l’arrivée, il a dû concéder plusieurs places au classement de l’épreuve qu’il termine seulement en 8e position, avec 2 malheureux points.

Je partage sa déception, d’autant, qu’étant de Grenoble, il a fait l’effort de venir à Issoire.

Photos du podium

Photos du podium

Le vainqueur, Donat-Pierre Luigi, serre la main du 3e de la compétition, Antoine Auclair. Le second est Hervé Forette. Comme il participait à distance, en virtuel, il n’est malheureusement pas présent sur le podium. Nul doute qu’il est salué, virtuellement, pour son exploit.

Si Hervé accepte de nous fournir une photo, je la mettrai volontiers aux emplacements prévus.

Donat-Pierre Luigi, le vainqueur et Antoine Auclair le 3e.
Beau geste de Donat-Pierre Luigi pour ce jeune champion

La photo suivante, regroupe le podium des e-compétiteurs de la photo précédente et le podium des pilotes ayant volé en réel

  • 1er : David Couderc sur Ventus 2cx 18 m avec 10 points
  • 2e : Philippe Lata sur LS 8 avec 6 points
  • 3e : Nicolas Caudrelier sur Pegase avec 3 points
Podiums des e-compétiteurs présents à Issoire et des pilotes ayant volé en réel
E-compétiteurs présents à Issoire plus tous les pilotes ayant participé à la compétition réelle

La photo suivante concerne le même groupe que celui de la précédente. On y voit au premier plan Jacques Vincent, le président du comité régional Auvergne Rhône Alpes de la FFVP qui assure les commentaires. Sur la droite arrive Georges Lecoeur, le responsable de la commission ayant organisé cette compétition.

La photo suivante n’est pas un podium, mais un hommage aux membres très actifs de la commission Compétition et ePlaneur (ex eSport) présents à Issoire au moment où cette photo a été prise. Elle rend aussi hommage aux autres personnes de la commission pour leur participation à cette réalisation.

De gauche à droite : Michel Rouleau, Sébastien Chaumontet et Georges Lecoeur

A mes yeux, Sébastien Chaumontet mérite incontestablement le podium pour la quantité de travail fournie et la complexité des situations qu’il a su gérer avec un très grand professionnalisme, le tout avec beaucoup de gentillesse. Merci Sébastien.

Tous les acteurs présents à Issoire ayant préparé la compétition et participé en tant que pilote réel ou virtuel

La photo qui suit est un moment de fierté d’être avec ces deux jeunes aussi talentueux. Qu’ils soient remerciés de cet instant.

En orange de gauche à droite : Antoine Auclair, Michel Rouleau et Mahé Le Tiec Pellin

La journée se termine par un repas pris en commun avec tous les bénévoles et autres intervenants de la fête aérienne


Suites de la compétition

Messages et remerciement

Messages et remerciement

Il s’agit d’extraits de messages, où d’autres sujets peuvent être abordés qui ne concernent pas ce chapitre.


Messages de Donat-Pierre et Hervé Forette postés sur Discord à l’issue de la 2e épreuve.


Message de Donat-Pierre posté sur Discord à l’issue de la fête aérienne


De : Michel Rouleau Envoyé le : lundi 8 août 2022 16:54 à Sébastien Chaumontet
Objet : Remerciements, vidéos et photos

Bonjour Sébastien

J’ai vraiment été très fier de travailler avec toi sur cette belle aventure. Je tiens à te remercier pour ta gentillesse à mon égard, j’admire ton professionnalisme ainsi que la quantité d’énergie fournie, bravo et chapeau. Je renouvellerai volontiers ce genre de collaboration si l’occasion se présente, car j’ai beaucoup appris à cette occasion…

De : Sébastien Chaumontet Envoyé le : lundi 8 août 2022 17:51 à Michel Rouleau
Objet : Re : Remerciements, vidéos et photos

Salut Michel,

Un grand merci à toi ! Tu as réussi à gérer le virtuel de façon parfaite ! …


De : Michel Rouleau Envoyé le : lundi 8 août 2022 22:27
À : Georges Lecoeur; Sébastien Chaumontet; Donat Pierre Luigi; Mahé le Tiec Pellin; Antoine Auclair; Oscar Planat; Bernard Verdeille; Jacques Causin; Michel Teilhol; Patrick Caille; François Esteve; Marc Till; Michel Bernard; Hervé Forette; Eric Amiot
Cc : Jacques Vincent; Daniel Gaime; Bernard Perrier

Objet : Meeting 100 ans – remerciements et bilan du stand simulateurs ainsi que la partie virtuelle de la compétition

Bonjour,

Je tiens à vous remercier très chaleureusement pour votre implication dans :

  • l’activité du stand simulateurs pendant le meeting des 100 ans de vol en planeur,
  • ainsi que la partie virtuelle de la compétition.

Le stand a été impeccablement tenu par ceux chargés de l’accueil du public ainsi que l’aide aux personnes désireuses de découvrir ou tester les simulateurs présents. A part un petit incident sur un manche, rapidement réparé, tout a parfaitement fonctionné.

Nous avions limité à 15 ans d’âge l’accès aux 3 simulateurs équipés en réalité virtuelle (VR) et dirigé les plus jeunes vers un équipement plus sommaire du club d’Issoire, composé d’un PC portable + un simple Joystick. Ce dernier a connu un vif succès auprès du jeune public et suscité de l’enthousiasme, parfois l’engouement des parents.

Il y avait souvent la queue pour avoir une place disponible sur les simulateurs équipés en VR

  • Celui de la Fédération, une très belle machine
  • Celui du club du Puy (Planeurs du Velay)
  • Celui de de notre club ACPH Issoire

L’équipement de Donat-Pierre Luigi, présent dans le stand, a suscité beaucoup de curiosité, particulièrement les palonniers.

L’esprit d’entraide et de camaraderie entre les bénévoles du staff (équipés de leur tee shirt orange) a été exemplaire.

Pendant la compétition Donat Pierre était avec nous, sur son équipement personnel équipé en VR. Deux simulateurs équipés en VR ont participé :

  • Celui du club du Puy, piloté par Mahé Le Tiec Pellin, du club de Grenoble (GVV). Il était assisté par Bernard Verdeille du club du Puy pour les actions au clavier.
  • Celui de notre club ACPH, avec Antoine Auclair de notre club comme pilote.

Les autres pilotes participants à la compétition virtuelle étaient à distance

  • Eric Amiot
  • François Estève
  • Hervé Forette
  • Marc Till
  • Michel Bernard
  • Patrick Caille

Avec Donat-Pierre, Antoine et Mahé, présents sur place il y avait 9 compétiteurs pour voler en virtuel.

Je tiens à remercier nos 2 météorologues et surtout Marc Till qui nous a fourni les plans de vol adaptés pour Condor avec la prévision météo du jour. Marc a participé aux vols en virtuel pour vérifier l’exactitude et l’intégrité de son travail par rapport aux prévisions.

Avec Sébastien Chaumontet depuis le car Podium et moi-même au stand simulateurs, nous avons réussi à synchroniser les mises en l’air et les départs entre le réel et le virtuel.

  • Sébastien a mis au point et géré le système de mixage des planeurs réels et virtuels affichés sur Silent Wings et retransmis sur grand écran pour le public.
  • Les communications ont été assurées par Discord
  • La gestion des espaces aériens et du local a été fait sur XCSoar ou autres calculateurs couplés à Condor
    Les planeurs virtuels ont ainsi pu évoluer en toute sécurité comme dans la réalité.

Après le franchissement de la ligne d’arrivée, les planeurs virtuels sont restés en place dans l’attente du signal de départ pour rejoindre Issoire. Ils sont arrivés cadencés toutes les 30 secondes pour déballaster à grande vitesse à plus de 30 m du sol, cabrer puis faire une prise de terrain sur la piste 36. Les images vidéo de cette arrivée sont vraiment splendides.

Quelques points sont à signaler.

  • Le volume sonore des hauts parleurs du meeting ont fortement handicapé les 3 compétiteurs du stand qui n’arrivaient plus à entendre leur vario dans certaines circonstances.
  • Les micros arrivaient à capter la sono du meeting perturbant parfois les communications.
  • Pendant les vols, de très nombreux lags ont fortement gêné les compétiteurs en virtuel avec des freezes de l’écran qui ont atteint jusqu’à 30 secondes !
    • Les pilotes ont ainsi raté des thermiques
    • Les pilotes sont parfois sortis de spirales
    • Une collision s’est produite à cette occasion

Remarque importante : l’esprit d’entraide en vol virtuel a largement dominé l’esprit de compétition, c’était vraiment agréable d’entendre les échanges à la radio. Ça fait chaud au cœur.

Merci encore pour votre participation, votre travail, vos talents et surtout l’esprit de camaraderie et d’entraide pendant le meeting et les vols. Félicitations à tous.

Si j’ai oublié quelqu’un de l’équipe, qu’il veuille bien accepter mes excuses et je compte sur vous pour lui transmettre le message.

A bientôt.


De : Michel Rouleau Envoyé le : mercredi 10 août 2022 20:54
À : Antoine Auclair; Patrick Caille; François Esteve; Mahéle Tiec Pellin; Donat-Pierre Luigi; Hervé Forette; Marc Till; Eric Amiot; Michel Bernard
Cc : Sébastien Chaumontet; Georges Lecoeur

Objet : Retour sur la compétition 100 ans de vol en planeur

Bonsoir à tous.

Nous vous sommes très reconnaissants d’avoir participé à cette compétition des 100 ans de vol en planeur. Afin d’être avec nous, certains ont sacrifié leur WE, peut-être même raté l’occasion de faire un beau vol en réel.

L’objectif était affiché dans le self Briefing

  • Montrer au public une compétition mixte de planeurs réels et de planeurs virtuels avec Condor
    • Faire du spectacle.
    • Montrer une compétition mixant virtuel et réel.
    • Promouvoir le vol en planeur, la compétition en planeur, les clubs FFVP et le eSport.
  • Il s’agit d’une expérimentation :
    • Avoir une attitude bienveillante sur les problèmes que pourrait rencontrer cette compétition,
    • appliquer en virtuel les mêmes règles de sécurité qu’impose le vol en planeur réel.

Globalement l’objectif est atteint, ça s’est bien passé (cf le message du 8 août) et dans une bonne ambiance. Soyez en remerciés.

Cette compétition était une première pour certains pilotes et une première en ce qui me concerne dans l’équipe d’organisation / animation.

Vous avez été bienveillants à notre égard et nous l’avons été au dépouillement des vols. Il n’était absolument pas dans l’esprit de cette compétition de la ternir avec des pénalités. On ne reviendra donc pas sur les résultats, ni sur le classement, mais quelques points méritent d’être signalés.

  • Sur l’épreuve de samedi je me suis trompé d’une minute sur l’heure d’ouverture de la porte. Vos vitesses moyennes devraient être majorées de 1 km/h
  • Personne n’a anticipé le départ, mais quelques-uns ont franchi le start au-dessus des 1500 m, d’autres à une “vitesse indiquée” supérieure à 170 km/h
  • Certains ont franchi le finish à une altitude inférieure à 1500 m. J’ai malencontreusement suggéré de reprendre de l’altitude et de repasser la ligne, mais ce n’est pas dans les règles d’une compétition.

Dans une compétition plus officielle, ces manquement auraient fait l’objet de pénalités.

Quelques raccrochages ont été fait à moins de 100 m sol, loin d’un champ vachable. Auriez vous pris le risque de le faire dans la vie réelle ? Nous devons veiller à ne pas ternir la réputation des vols virtuels en appliquant rigoureusement les mêmes règles de sécurité qu’imposent le vol en planeur réel.

Nous avons vécu une belle aventure, merci encore d’y avoir contribué.

Quelques retours

Quelques retours

Sur WhatsApp : De : Mahé le Tiec Pellin Envoyé le : lundi 8 août 2022 18:55 À : Michel Rouleau
Merci pour ce week-end, c’était vraiment génial.
À bientôt


De : Hervé Forette Envoyé le : mercredi 10 août 2022 19:13 À : Michel Rouleau
Objet : RE : Meeting 100 ans : remerciements et bilan du stand simulateurs ainsi que la partie virtuelle de la compétition

Merci Michel, c’était très sympa de participer dans cette bonne ambiance. On se dit rendez vous pour les 200 ans ? 😊


De : Georges Lecoeur Envoyé le : jeudi 11 août 2022 17:26 À : Michel Rouleau
Objet : RE : Retour sur la compétition 100 ans de vol en planeur

Bonjour de Toscane, je profite de ton mail pour te féliciter pour l’impeccable gestion des serveurs. Tu as été avec Sébastien la cheville ouvrière de la réussite de cette compétition.
Celle-ci a montré la grande différence de la gestion des risques entre le réel et le virtuel.
La météo Condor est encore trop homogène, je pense que la version 3 apportera un plus.
Bien amicalement, et un grand merci.

Vidéo de la compétition

Vidéo de la compétition

Avec l’aide de Sébastien, j’ai pu récupérer les vidéos diffusées au cours de l’évènement. A temps perdu il en sera fait un montage avec les images et les commentaires de la compétition.

Nous attendons aussi la vidéo de la Fédération annoncée pour septembre.

Article 8283


Planeurs Virtuels 63