Catégories
Club ACPH

Journal la Montagne

Les pilotes de l’aéro-club d’Issoire-Le Broc volent autrement pendant le confinement lié au Covid…

Un article publié par le Journal La Montagne pendant la période Covid.

Logo du site Journal La Montagne

Cliquer sur le lien pour retrouver l’article original sur le site de la Montagne.

En voici le contenu.

==============

Les pilotes de l’aéro-club d’Issoire-Le Broc volent autrement pendant le confinement

Publié le 10/05/2020 à 14h29

Photo d’illustration © Floris Bressy

A défaut de piloter leur planeur, les membres de l’aéro-club Pierre-Herbaud d’Issoire-Le Broc (Puy-de-Dôme) s’amusent et s’entraînent depuis leur salon… aux manettes d’un engin virtuel.

C’est grâce à un logiciel de simulation de vol que les membres de l’aéro-club Pierre-Herbaud continuent de vivre leur passion, en pleine période de confinement. Michel Rouleau, retraité installé à Clermont-Ferrand, utilisait déjà cet outil. “D’habitude, je m’en sers pour répéter des exercices ou pour voler de chez moi lorsque la météo ne permet pas de sortir.” En ce moment, c’est surtout pour compenser l’absence de sorties dans les airs.

“Cela permet de garder des réflexes et comme on a du temps, on en profite pour découvrir de nouveaux endroits pour se poser en toute sécurité, par exemple”, poursuit le Puydômois. Car le logiciel, en plus de permettre le pilotage d’un planeur “comme si vous y étiez, avec toutes les actions habituelles”, correspond à la réalité du terrain.

Ce sont les vraies maisons, les vrais champs car tout est modélisé à partir de cartographies aériennes. C’est d’une précision remarquable ! Il n’y a pas les sensations physiologiques, mais avec un peu d’imagination, on se croirait dans le vrai ciel.

Ce qui séduit davantage encore le pilote, ce sont les vols à plusieurs. “C’est beaucoup plus intéressant. C’est un peu comme une compétition, on se donne rendez-vous à une heure donnée et on ouvre un circuit prédéfini. On peut se parler entre nous – viens par là, j’ai trouvé une ascendance – c’est très convivial.” Des sites regroupent des communautés avec des participants de tous les niveaux : “On apprend beaucoup lorsque des pilotes aguerris sont connectés !”

A l’image d’un jeu vidéo en réseau ? “Ca n’a rien d’un jeu ! Le but n’est pas de se rentrer dedans”, insiste Michel Rouleau : “On respecte la règlementation, on ne vole pas à n’importe quelle altitude. Tout se fait dans les conditions réelles”, insiste le passionné. “Vous voyez, si vous ne m’aviez pas appelé, j’aurais probablement aterri.” En attendant de redécoller au plus vite depuis les pistes de l’aéroclub cette fois-ci.

Marielle Bastide